Quelques exemples d’usage des badges

Outre leur principal but, qui est de rendre visible la pratique de l’accueil et le soutien à son principe, les badges permettent de soutenir des actions concrètes d’aide. À diverses occasions, des groupes ont diffusé les badges en les vendant à prix libre ou fixe, les bénéfices par rapport au prix de revient des badges étant attribués à une association, un collectif ou une action. Voici quelques exemples de ces actions :

Contexte Modalité Bénéficiaire Sommes collectées
Avant-premières et première du film Libre en région parisienne Prix libre École associative Kolone 532 €
Rassemblement en soutien à l’Aquarius à Paris Prix libre Thé et café pour les réfugiés

SOS Méditerranée

333 €

340 €

Loire-Atlantique Prix fixe de soutien 5 € : 369 badges et autocollants vendus en 3 mois Soutien à la scolarité d’un jeune Guinéen majeur admis en classe de CAP en lycée professionnel 1753 €

N’hésitez pas à nous faire part de vos actions similaires.

À l’occasion de la sortie du film Libre

Nous étions présents ces trois derniers jours dans deux avant-premières et la première du film Libre de Michel Toesca consacré aux actions de Cédric Herrou (signataire de l’appel J’accueille l’étranger) pour l’accueil des réfugiés dans la vallée de la Roya. Nous le remercions ainsi que Jour2fête, le réalisateur et les salles du Méliès à Montreuil, des 7 Parnassiens et du mk2 quai de Seine pour leur accueil.

CH et MT devant le film
Cédric Herrou dans le cadre et dans la salle avec Michel Toesca – Photo Edwy Plenel

Nous avons pu diffuser plus de 300 badges au public dont les contributions au-delà du prix de revient des badges ont permis de récolter plus de 500 € au profit de l’école associative Kolone qui donne des cours et organise des activités culturelles pour les jeunes étrangers nouvellement arrivés en France.

Michel Toesca
Le réalisateur sourit encore à son XXXième débat d’après-film

Si à l’occasion d’événements ou d’activités vous souhaitez organiser des actions similaires (vente à prix libre des badges au profit d’un collectif ou association locale, explication de la campagne), nous pouvons vous fournir un soutien logistique.

Il n’existe pas de chemin sans terme

Je ne suis pas née en France. J’ai aussi souvent vécu à l’étranger (vécu, pas voyagé). J’ai donc souvent été accueillie.
Donc, née en Iran. Celle qui me sort de ma mère, qui détortille le cordon de mon cou, qui me tape dans le dos pour que je crie est une obstétricienne arménienne. Celle qui essuie le mucus de mon corps, qui l’aspire de mes narines est une sage-femme iranienne.
Tout s’ensuit. Ce que je vais prendre pour me constituer, c’est ce pays qui me le donne. Les yaourts de brebis dans leur pot de terre, les viandes, les fruits, les citrons doux, les aubergines charnues, la poésie, les petits rus clairs qui courent dans la caillasse, les cieux bleus comme nulle part, tous les bleus appris là-bas. Fathémée, aimée comme la mère qu’elle a été en doublure de la mienne. J’ai tout eu, tout pris. C’est mon devoir d’enfant.

Là où on tombe de l’utérus de sa mère, on est chez soi. C’est inimaginable pour moi d’envisager qu’un droit du sol ne s’applique pas strictement, comme dans la matérialité de la vie. Nous sommes tous accueillis par un sol, ce qu’il produit, ceux qui y vivent. Nous en contractons la dette anthropogénétique, car être accueilli par le fait même de naître et de naître dans une extrême dépendance, nous engage dans la réciprocité d’accueillir. Il n’y a pas d’échappée. C’est ainsi ou c’est la mort.

Tout pareil, accueillir l’étranger. Celui qui arrive démuni sur notre sol. Qui a besoin qu’on lui montre les chemins, qu’on lui donne le couvert. L’étranger est sur le sol qui n’est pas le sien comme celui qui vient de tomber en vie, petit, démuni de ressources propres. Non, l’étranger n’est pas le touriste qui a trouvé un Air B&B pour passer une semaine. L’étranger est celui qui arrive et qui n’a rien en propre. Ni la langue, ni l’argent, ni les ressources que la connaissance du lieu et de ses habitants donnent.
L’étranger est une figure absolue, nécessaire. Elle nous constitue du fait de la dette initiale.

On naît tous à l’étranger et chez nous, simultanément. C’est l’hospitalité qui fait de « étranger » un « chez nous ». Une transmutation. Moi j’ai eu cette chance, d’avoir, visible, le redoublement de « étranger ». Su ce que je devais d’emblée. Compris comment la dette ne se referme pas, elle dispose à s’engager ailleurs.

Ici, hier, où, parce qu’un ballon rond tombe comme une note sur une partition, on chantait à pleins poumons les enfants de la patrie, chantaient tout pareil et tout pareil le visage barbouillé de bleu blanc rouge, des enfants pas de la patrie, mais de l’accueil. Et ma seule joie de cette journée, la vraie, ce sont eux. Eux, et sur le terrain, ceux qui n’étaient pas d’emblée de la patrie, mais reçus sur le sol, naissant là où leurs parents étaient accueillis.
Et j’en aurais pleuré de me souvenir de tout ce qui leur a été infligé, aux enfants pas de la patrie, lorsqu’ils sont arrivés. Les nuits, terrorisés dans les parcs, les examens comme aux animaux, les questionnaires de police comme s’ils venaient nous voler quelque chose, alors que leur dû ne leur a pas été versé. Le dû qui n’est pas un devoir, qui est notre origine humaine.

J’ai vu, chez moi, dans cette grande ville riche, passer l’horreur de ce que nous faisons de notre dette humaine d’accueil. J’ai vu, cet hiver et jusqu’au début de l’été, un campement de deux milles personnes le long d’un canal. Il me reste de cela cette pétrification de ce qui ne peut se concevoir. Vu aussi l’eau coupée aux fontaines. Les évacuations, comme on dit du sale. Les pierres mises pour empêcher les corps de s’étendre. Le reniement de la dette humaine d’accueil. Son juste contraire, l’invention permanente de ce qui fait obstacle, entrave, blesse, heurte toute installation. Les corps qui devraient se recroqueviller jusqu’à disparaître.
Le déni de naître, d’avoir reçu une place dans le monde.

Alors, puisque nous ne sommes tenus à aucune obéissance qui ne soit celle qui constitue la vie, nous savons comment contredire ce qui offense cette vie. Nous savons, parce que nous avons pris et reçu. Alors, faisons.

Même si l’abri de ta nuit est peu sûr
et ton but encore lointain
sache qu’il n’existe pas de chemin sans terme.
Ne sois pas triste.

Chams al-Din Muhammad Hafiz

Jane Sautière

Maglietta Rossa, pour arrêter l’hémorragie d’humanité

Hier, à l’appel de Libera, et avec le soutien de Gruppo Abele, Arci, Legambiente, Anpi et du journaliste Francesco Viviano, des milliers d’italien.ne.s portaient un T-shirt rouge pour arrêter « l’hémorragie d’humanité ». Nous saluons cette initiative sœur avec une photo dont nous remercions les contributeurs. C’est tous les jours qu’il va falloir continuer à lutter pour que le droit à l’exercice effectif de la fraternité (et sororité), partiellement reconnu par le Conseil constitutionnel, s’étende et soit reconnu à sa juste dimension.

Lille, le 7 juillet 2018

 

Galerie

Catherine, projection de « Libre » à l’Espace Saint-Michel
Grande Balade Transversale Queer et Intersectionnelle
Même le métro est solidaire, Paris
Avignon
Avignon
Paris, 5 juillet – code couleur : check !
Julien Fretel prof de Sciences Po à Paris I, 5 juillet
Paris, 5 juillet

 

Paris, 5 juillet – mains de pianiste, cœur de soutien

 

Modèle de mail pour faire connaître l’initiative à vos correspondants

N’oubliez pas de le personnaliser. Copier ce qui est en dessous de la barre horizontale, l’image comprise.


Le 20 juin 2018, 44 personnes engagées dans des actions de solidarité avec les exilés dont des écrivains, artistes, philosophes ou responsables d’institutions juridiques ou culturelles en lien avec les migrations lancent un appel à rendre visible dans l’espace public les pratiques d’aide et d’accueil à l’égard des étrangers qui ont rejoint notre pays. Ils invitent tous ceux qui participent à l’accueil ou en soutiennent la nécessité à se manifester en portant et diffusant des signes « J’accueille l’étranger » à partir du mardi 3 juillet 2018.

Leur appel est en ligne sur le site https://jaccueilleletranger.org

Un grand nombre de collectifs, d’associations et d’individus ont commencé à mettre en pratique cet appel. Vous trouverez toutes les informations sur comment vous procurer les badges, comment mutualiser vos efforts avec d’autres pour en assurer la diffusion la plus large, ainsi que des conseils sur ce qui peut arriver quand vous les portez, sur le site https://jaccueilleletranger.org

L’appel « J’accueille l’étranger »

Un peu partout en Europe, des partis fascisants promeuvent la haine de
l’étranger. Ils prospèrent sur la faillite politique et morale de partis traditionnels qui croient les concurrencer en les imitant. En France comme ailleurs, un grand nombre de personnes accueillent et aident les exilés qui y sont parvenus, souvent en fuyant des violences et des crises dans lesquelles notre pays a, comme d’autres, de lourdes responsabilités. Partout où la rencontre avec les étrangers est rendue possible, partout où on ne les rend pas invisibles, où on ne tente pas de les priver de leur humanité par des maltraitances multiples et attestées, c’est la rencontre et l’amitié qui triomphent malgré des conditions souvent hostiles. D’autres, plus nombreux encore, souhaiteraient participer à cet accueil mais n’ont pas encore trouvé les moyens de le faire.

À chacun de nous de manifester, s’il ou elle le souhaite, que nous avons choisi le chemin de l’accueil de l’étranger. Il y aura mille façons de faire, mais nous vous en proposons une qui nous
rendra visible comme peuple de l’accueil. Nous vous appelons, à porter, à partir du mardi 3 juillet 2018, un signe dont nous allons organiser, avec votre aide, la disponibilité massive. Il existera sous forme de badge et d’autocollant avec deux variantes, une avec un simple logo, et l’autre avec ce même logo et le slogan « j’accueille l’étranger ». Ce n’est pas le premier signe qui vise ce but et nous saluons tous ceux qui l’ont précédé, mais ne ratez pas cette occasion. Il ne s’agit pas d’une action ponctuelle, le 3 juillet 2018 n’est que le premier jour de ce qui doit être une manifestation continue du peuple de l’accueil.

Signataires de l’appel

Ana Navarrete-Berbel, Antoine Garapon, Arno Bertina, Barbara Cassin, Benjamin Stora, Camille Louis, Cédric Herrou, Céline Curiol, Christian Salmon, Claude Ponti, David Torondel, Edmond Baudoin, Edwy Plenel, Erri de Luca, Geneviève Brisac, HK and the Saltimbanks, Isabelle Saint-Saëns, Jane Sautière, Karine Depeyre, Laure Vermeersch, Leslie Kaplan, Louise Moulin, Marie Cosnay, Marielle Macé, Mathieu Potte-Bonneville, Michel Féher, Michel Broué, Mireille Grubert, Nan Suel, Nicole Lapierre, Noémi Lefebvre, Olivier Favier, Patrick Chamoiseau, Philippe Aigrain, Philippe Mangeot, Philippe Marlière, Pierre Judet de la Combe, Pierre Linguanotto, Sarah Cillaire, Stéphane Bikialo, Sylvie Gouttebaron, Thierry Magnier, Txetx Etcheverry, Véronique Nahoum-Grappe

Lieux avec relais de mutualisation ou de commandes significatives

Sur cette carte, nous avons situé des endroits où ont eu lieu des commandes significatives de badges ou stickers (quand nous en avons eu connaissance), ou où existent des possibilités de relais de mutualisations des commandes.

Cliquer sur les points localisés pour plus d’information. Si vous avez passé des commandes (100 badges ou stickers au moins) ou si vous pouvez agir comme relais de mutualisation des commandes, contactez-nous.

Exportation en KML pour Google Earth/Google MapsOuvrir la carte toute seule en mode plein écranCréer l'image du code QR pour la carte seule en mode plein écranExporter au format GeoJSONExporter au format GeoRSS
France

chargement de la carte - veuillez patienter...

Nice: 43.701900, 7.268310
Bordeaux: 44.837800, -0.579512
Lozère-Gard: 44.166800, 3.841850
Saint-Nazaire: 47.279600, -2.209970
Coulommiers: 48.815700, 3.083730
Montreuil: 48.860300, 2.443000
Lavedan: 42.992000, -0.126814
Bayonne: 43.492500, -1.476290
Gard: 43.836900, 4.360120
Nancy: 48.584200, 6.061640
Orléans: 47.902200, 1.904050
Nantes: 47.217300, -1.553920
Lille: 50.631100, 3.112500
Toulouse: 43.604300, 1.441990
Fouesnant: 47.893400, -4.012230
Annecy: 45.899200, 6.129500
Quimper: 47.995900, -4.097740
Saint-Brévin: 47.246400, -2.166880
Clermont-Ferrand: 45.779700, 3.086820
Arles: 43.677000, 4.628710
Metz: 49.119700, 6.177060
Paris et alentours (Café-librairie le 108): 48.890800, 2.378700
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Nice
Nice Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Bordeaux
Les Editions N’a qu’1œil et le collectif Bienvenue ont décidé de lancer une opération « venez fabriquer votre badge » ce mardi 3 juillet à partir de 9h30 dans les locaux du comptoir d’éditeurs de N’a qu’1œil, 19 rue Bouquière à Bordeaux. 

400 badges seront distribués gratuitement et les suivants seront vendus au prix coûtant. De plus une caisse de solidarité sera proposée, au profit d’associations d’aide aux réfugiés.

Cette opération s’effectuera en partenariat avec le Collectif Solidarité Réfugiés 33 qui fédère un grand nombre d’associations (RESF, Médecins du Monde, La Cimade, Asti, LDH, etc…).

Contacter le collectif Bienvenue.

Visuel du Collectif Bienvenue

Bordeaux
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Lozère-Gard
Saint-Étienne-Vallée-Française Occitanie, France
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Saint-Nazaire
Saint-Nazaire Pays-de-la-Loire, France
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Coulommiers
Coulommiers Île-de-France, France
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Montreuil
Montreuil Île-de-France, France
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Lavedan

Contacter l'Association Accueil Azun (3A) ou Nous contacter.

Arras-en-Lavedan Occitanie, France
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Bayonne
Nous contacter.
Bayonne Nouvelle-Aquitaine, France
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Gard

Réseau régional de collectifs couvrant de Montpellier à Nimes et aux Cévennes.

Nîmes Occitanie, France
marker icon
Obtenir l'itinéraire Ouvrir la carte toute seule en mode plein écran Exportation en KML pour Google Earth/Google Maps
Nancy

Nous contacter.

Maizières Grand-Est, France
22 Marqueurs
par page
page 123

Accès mutualisé aux badges pour la région parisienne (et ailleurs ?)

Le jeudi 28 juin 2018 de 16h30 à 18h30, vous pourrez obtenir des badges à prix coûtant (de l’achat en masse) en passant au Café associatif de la Commune libre d’Aligre, 3, rue d’Aligre, 75012. Quantité minimum 10 badges. Ce sera aussi l’occasion de rencontrer quelques uns des initiateurs de « J’accueille l’étranger ». Voici les coûts de revient des badges :

  • Modèle 38mm avec slogan : 0,35 € par badge
  • Modèle 32mm sans slogan : 0,31 € par badge

Merci de relayer largement auprès de vos réseaux en région parisienne. Si vous comptez acheter 100 badges ou plus merci de nous prévenir en utilisant le formulaire de contact.

Nota : nous essayons d’organiser des mutualisations similaires dans différentes villes ou zones géographiques. Si vous êtes prêt.e.s à serveur de relais pour cela, merci de nous contacter également.