Pedir una construcción legal del derecho de los niños extranjeros a ser criados por sus familias

[Versión francesa]

Pedir una construcción legal del derecho de los niños extranjeros a ser criados por sus familias

A la atención de juristas, magistrados, abogados, activistas de la causa de los niños y de los extranjeros, en Francia y en España.

Al respecto de la imposible Europa, de las visas imposibles de obtener cuando, por ejemplo, eres de África Occidental.

De la continuidad de las salidas a pesar de todas las circunstancias y de los miles de desaparecidos y muertos en las fronteras exteriores.

De las familias separadas durante varios años, esperando un acercamiento que nunca llega.

De la llegada en patera de menores acompañados por un tío, una hermana u otra persona de confianza, algún tiempo después de que sus padres estén instalados ya en Europa (en Francia por ejemplo).

Al respecto del hecho de que los menores nunca pueden ser considerados extranjeros ilegales, sino únicamente menores, independientemente de cómo hayan entrado en Europa.

De la Convención Internacional sobre los Derechos del Niño, y algunos de sus artículos[1].

De la aparición de ideas progresistas y nuevos modelos de familia en Europa: familias extendidas, familia no biológica, multiparentalidad…

Así, en abril de 2021, unos padres que llevaban tres años viviendo en Francia esperaban con impaciencia y ansiedad a su hija de diez años que había salido del Sahara Occidental en patera. La niña había viajado con una amiga de confianza de la madre quien la cuidaba desde hacía tres años. Al llegar a Canarias, tras las pruebas de ADN, la niña es separada de su cuidadora. A los padres biológicos se les dice que la niña está viva pero que se le ha perdido la pista y que se les prohíbe saber más. El resto, cómo se encontró a la niña en un centro, se ampliará aquí [2]. Seis meses después, la niña y su familia siguen sin reunirse. ¿Por qué no?

En Europa (en Francia al menos, y también en España), el derecho a la protección de los llamados menores extranjeros no acompañados supone, para los niños y niñas migrantes que llegan solos, una larga lucha llena de obstáculos y con resultado, en muchas ocasiones, muy deficiente. De entrada se sospecha de su aislamiento y de su edad. Se sospecha que puedan tener familia, se sospecha que son mayores. Y el resultado es que en muchos casos su solicitud de protección es rechazada y quedan totalmente desamparados en un limbo legal.

Sin embargo cuando los niños llegan a España acompañados de una persona adulta de confianza, o cuando manifiestan que tienen familia (biológica) en Europa, se hace todo lo contrario. Primero sospechar de la persona que le acompaña, incluso aunque sea familia directa y de entrada decidir que no lo es. De esta manera, tras un corto periodo de tiempo en acogida de urgencia, las criaturas pasan a estar bajo la tutela del gobierno autonómico (en este caso, el canario). La paradoja es grande. Podríamos alegrarnos de que los niños estén protegidos, pero descubrimos que incluso cuando la familia ya no está sospechada, la reagrupación entre el país Schengen (donde residen las familias) y el país fronterizo (donde están los menores) no se produce.

Todo influye y todo es determinante en esa decisión, todo excepto la ley. Influyen los dudosos métodos de evaluación. Influyen apreciaciones personales o protocolos vagos e imprecisos. La arbitrariedad de los criterios. Las solicitudes informales que cambian en cada caso concreto: antecedentes penales, documentos de identidad certificados por la embajada española en Francia, contrato de trabajo, protocolos imposibles de respetar en Francia, etc, etc. Tomemos el ejemplo del informe social: « envíenos un informe social », le dicen, por teléfono, a este padre, residente legal en Francia, que está a punto de recoger a su hijo en Canarias. ¿Quién pide este informe? Una administración canaria. ¿Según qué norma? No hay norma. ¿Quién es competente para hacerlo en Francia? Ningún juez ni ninguna institución social puede emitir un informe de ese tipo a petición de los interesados porque esta familia reside y trabaja legalmente en Francia y no recibe ayuda de ninguna institución.

Los padres escriben cartas personales a la Dirección General de Familia de Canarias en las que reclaman la custodia de sus hijos. Cartas que caen en saco roto sin recibir respuesta.

Ante la imposibilidad de obtener un informe de unos servicios sociales de los que la familia no es usuaria se apela a la Cruz Roja Internacional que contesta que solo trabajan en zonas de guerra. El programa de la Cruz Roja para restablecer el vínculo familiar dice que tampoco pueden hacer el informe, que acuda al Servicio Social Internacional. El Servicio Social Internacional dice que enviará un presupuesto para elaborar el informe del niño, así nos imaginamos que elabora evaluaciones sociales a la carta, de forma que se cuestiona tanto la ética como el valor de dichas evaluaciones. Lo comunicamos a la Cruz Roja que nos informa que dejará de utilizar el Servicio Social Internacional porque sus métodos son cuestionables.

Otro caso. Cuando el padre solicita asilo en Francia, por ejemplo, pensamos que el reglamento de Dublín conseguirá, por una vez, acelerar la reagrupación familiar. Pero los trabajadores de la institución que tiene la tutela del niño en España se niegan a solicitar asilo en su nombre o emprender ningún trámite de este tipo.

A veces hay una sorpresa. Siempre sin que la ley se involucre. Solamente en base a una convicción íntima, un acuerdo alcanzado entre la Dirección General de la Infancia y el director del centro en el que está protegido el niño, y ya está solucionado, un niño confiado al cuidado de un padre en Francia, sin ninguna otra forma de juicio, o eso parece.

No podemos seguir soportando esta violencia contra las familias y los niños, cuyo trauma se ve agravado por la desaparición de sus familiares y seres queridos y la ruptura de sus vínculos.

Deben imponerse normas legales claras.

Hay que tomar decisiones jurídicas para restablecer la jerarquía de las normas jurídicas que deben prevalecer.

Que Francia y España, firmantes de la Convención Internacional de los Derechos de la Infancia, tomen las medidas necesarias para que se respeten los derechos de las y los menores.

A ustedes, abogados, magistrados, activistas de la causa de los niños y de los extranjeros, les pedimos que desarrollen argumentos y métodos operativos para poner fin a las prácticas que van en detrimento de los intereses de los niños.

— JALE (J’accueille l’étranger)

 

[1] http://www.droitsenfant.fr/cide.htm (voir les Articles 7, 8 & 9)

[2] https://www.msn.com/es-es/noticias/internacional/la-lista-de-cosnay/ar-BB1gkN6F

Disparition de Philippe Aigrain, initiateur de « J’accueille l’étranger »

Suite au tragique décès de Philippe Aigrain, survenu brutalement le 11 juillet 2021, voici quelques réactions glanées dans la presse et sur le Net. Nous nous y associons de toute notre peine et de notre reconnaissance et vous incitons à lire les textes qu’il avait rédigés sur notre site. L’esprit de « J’accueille l’étranger » lui survit.

 

Photo : Jérémie Zimmermann

« Présenté comme un spécialiste de la propriété intellectuelle, Philippe Aigrain était aussi bien poète que romancier, chercheur et épris de liberté. [Il] s’était engagé en cofondant La Quadrature du net, organisation de défense des libertés des internautes, mais avait également pris la direction de Publie.net, la maison d’édition numérique fondée par François Bon. » […]

« Pionnier de la lutte pour les libertés numériques, cofondateur de La Quadrature du Net, penseur et écrivain respecté, Philippe Aigrain a été l’un des principaux promoteurs [en France] de la notion de « biens communs« . » […]

– […] « Inlassable défenseur des libertés, Philippe a très tôt compris le risque que le numérique faisait peser sur les libertés individuelles. En créant en 2008 La Quadrature du Net avec Benjamin Sonntag et Jérémie Zimmermann, il a lancé un grand mouvement d’opinion et de plaidoyer. Les évolutions ultérieures de la technopolice partout dans le monde ont validé très largement son intuition. Les techniques de traçage et leur usage tant par les entreprises privées du numérique que par les États et les autres collectivités se renforcent chaque jour. Et c’est bien par une action juridique et politique déterminée que l’on pourra éviter la mise en place d’un nouveau régime de gouvernement appuyé sur une connaissance des activités et des affects de chaque individu. » […]

– « Chaque jour cent fleurs », par Marie Cosnay :

« […] la machine à maltraiter, comme l’écrivait Philippe dans un de ses billets de blog sur Mediapart, nous n’avons pas su l’enrayer à temps. C’est ce que nous pensions, ces derniers mois. Sans que le découragement nous empêche de faire, de faire autrement, là où nous étions, auprès des jeunes gens que nous connaissions, suivant leurs parcours, nous réjouissant de leurs succès. […] Dans ce billet de blog que je cite, à plusieurs titres Philippe est visionnaire. […]

« … nous avons participé à un moment d’hommage au jardin du Luxembourg qui a eu lieu en même temps (voyez la photo en tête de cet article et celle du dessous). Partant de la place Saint-Sulpice, nous avons suivi le même parcours que celui rituellement effectué par publie.net lors du Marché de la poésie. »

« Informaticien et grand humaniste, militant infatigable, chercheur et intellectuel qui aidait à y voir clair dans ces temps troublés, Philippe a fait partie en 2008 des cofondateurs historiques de La Quadrature du Net. Il fut président de l’association de 2013 à 2017. Tout jeune, il avait été actif lors du soulèvement de mai 1968. Il fut ensuite un compagnon de route des radios libres dans les années 1970, avant d’explorer les potentialités démocratiques d’Internet et de devenir un ardent défenseur des logiciels libres et des biens communs. Ces dernières années, il travaillait à l’accueil solidaire des exilés et dirigeait la maison d’édition publie.net, tout en faisant paraître ses poèmes et, plus récemment, son premier roman, intitulé Sœur(s). » […]

  • Le Monde (blog) :

    « Difficile d’imaginer le paysage numérique français sans Philippe. Il manquera dans les combats futurs pour les libertés et pour le partage, mais nombreux sont ceux qu’il a influencés et à travers lesquels il se battra encore longtemps. » […]

« […] il a découvert très tôt l’enjeu des communs, notamment des communs numériques et de la connaissance. Avec son ouvrage Cause commune – L’information entre bien commun et propriété (Fayard, 2005), il fut le premier à réintroduire en France la notion de communs en relation avec le nouveau statut de la connaissance à l’ère des réseaux numériques. Un projet sans cesse à remettre sur le chantier, comme par exemple aujourd’hui autour de la question des brevets sur les vaccins contre le Covid-19. » […]

« Pour celles et ceux qui l’ont croisé ou côtoyé, il fut un regard pétillant, une générosité palpable, une curiosité jamais démentie. Pour celles et ceux qui se sont plongés ces quinze ou vingt dernières années dans l’analyse des mutations sociales et culturelles provoquées par l’avènement d’Internet – et c’étaient en bonne partie les mêmes –, il incarnait une réflexion féconde, que pourraient résumer les titres de deux de ses ouvrages : Cause commune et Sharing (« partage »). Infatigable militant du partage de la culture, penseur des « biens communs » numériques, cofondateur de l’association de défense des libertés La Quadrature du Net, Philippe Aigrain, 71 ans, est décédé dimanche. » […]

« Docteur en informatique, Philippe Aigrain a notamment participé dès les années 1970 à la revue « Interférences« , qui a accompagné le mouvement des radios libres. Vingt ans plus tard, il a travaillé de 1996 à 2003 avec la Commission européenne et y a développé des politiques de soutien aux logiciels libres. […] Philippe Aigrain était aussi un fervent défenseur de la cause des migrants. Il a été l’un des initiateurs de la campagne « J’accueille l’étranger« , qui propose de rendre visible la cause des exilés par le port d’un badge. » […]

Conception : Louise Moulin

« Il avait notamment proposé la contribution créative à l’époque des débats Hadopi. Une solution qui, dans sa rédaction mise sur la table, aurait permis « d’expérimenter les bénéfices de la libération des échanges en termes de diversité culturelle et de rémunération de la création et des acteurs à valeur ajoutée qui y contribuent. » […]

  • Publie.net (maison d’édition qu’il dirigeait depuis 2016)

« Nous avons eu l’immense tristesse d’apprendre le décès dimanche 11 juillet de Philippe Aigrain en montagne. Penseur des communs, chercheur, poète et romancier, co-fondateur notamment de la Quadrature du net, militant incontournable des enjeux du net et du numérique libre, investi dans bon nombre de combats toujours tournés vers l’humain, il dirigeait avec passion et générosité la maison d’édition depuis 2016, à laquelle il consacra une énergie débordante. » […]

« Philippe Aigrain a agi dans de nombreux domaines, tant numériques et politiques que littéraires ou encore associatifs. Il indiquait sur son blog : « Je suis actif dans diverses initiatives politiques, associatives ou scientifiques. Impliqué dans la solidarité avec les exilés, je suis l’un des initiateurs de J’accueille l’étranger qui vise à rendre l’accueil et le soutien à son principe plus visible. J’ai été l’un fondateurs et je suis toujours actif dans La Quadrature du Net association qui […] promeut des propositions assurant la synergie entre les libertés d’échange sur internet et le financement de la création. Je fais partie des fondateurs d’Interdemos, un collectif qui promeut la solidarité entre citoyens des divers pays européens et œuvre à la création progressive d’un demos européen. J’ai été du 11 juin 2014 au 20 octobre 2015 membre de la Commission parlementaire de réflexion et de propositions sur le droit et les libertés à l’âge numérique. » » […]

***

On trouvera certains des textes de Philippe sur Remue.net et quelques-unes de ses interventions radio sur France Culture. À propos des communs, voir notamment Vacarme.

Vade-mecum à l’intention des participants au Débat parlementaire sur la politique migratoire

Dans la foulée d’une annonce par Emmanuel Macron d’un durcissement des politiques migratoires, de nombreux bénévoles, collectifs et associations de solidarité dont des signataires de l’appel J’accueille l’étranger ont signé un vade-mecum destiné au parlementaire pour que certains d’entre eux au moins refusent les discours manipulateurs et fassent vivre l’exigence de l’accueil en France et en Europe. Vous pouvez lire et signer le Vade-mecum ici.

Quelques exemples d’usage des badges

Outre leur principal but, qui est de rendre visible la pratique de l’accueil et le soutien à son principe, les badges permettent de soutenir des actions concrètes d’aide. À diverses occasions, des groupes ont diffusé les badges en les vendant à prix libre ou fixe, les bénéfices par rapport au prix de revient des badges étant attribués à une association, un collectif ou une action. Voici quelques exemples de ces actions :

Contexte Modalité Bénéficiaire Sommes collectées
Avant-premières et première du film Libre en région parisienne Prix libre École associative Kolone 532 €
Rassemblement en soutien à l’Aquarius à Paris Prix libre Thé et café pour les réfugiés

SOS Méditerranée

333 €

340 €

Loire-Atlantique Prix fixe de soutien 5 € : 369 badges et autocollants vendus en 3 mois Soutien à la scolarité d’un jeune Guinéen majeur admis en classe de CAP en lycée professionnel 1753 €

N’hésitez pas à nous faire part de vos actions similaires.

À l’occasion de la sortie du film Libre

Nous étions présents ces trois derniers jours dans deux avant-premières et la première du film Libre de Michel Toesca consacré aux actions de Cédric Herrou (signataire de l’appel J’accueille l’étranger) pour l’accueil des réfugiés dans la vallée de la Roya. Nous le remercions ainsi que Jour2fête, le réalisateur et les salles du Méliès à Montreuil, des 7 Parnassiens et du mk2 quai de Seine pour leur accueil.

CH et MT devant le film
Cédric Herrou dans le cadre et dans la salle avec Michel Toesca – Photo Edwy Plenel

Nous avons pu diffuser plus de 300 badges au public dont les contributions au-delà du prix de revient des badges ont permis de récolter plus de 500 € au profit de l’école associative Kolone qui donne des cours et organise des activités culturelles pour les jeunes étrangers nouvellement arrivés en France.

Michel Toesca
Le réalisateur sourit encore à son XXXième débat d’après-film

Si à l’occasion d’événements ou d’activités vous souhaitez organiser des actions similaires (vente à prix libre des badges au profit d’un collectif ou association locale, explication de la campagne), nous pouvons vous fournir un soutien logistique.

Quand à l’heure de l’apéritif, arrive sur ta plage une patera…

C’est un beau texte de Violetta Munoz paru dans eldiaro.es.
On le trouve en VO ici : https://www.eldiario.es/…/Invasiones-derechos-humanos-cerve….
Je me suis permis de le traduire en français


Quand à l’heure de l’apéritif, arrive sur ta plage une patera…

Il est très probable qu’on connaisse déjà l’histoire de la patera arrivant sur une plage d’Andalousie, juste à l’heure de l’apéritif. Surprise, stupéfaction et épuisement, rencontre entre inconnus, arrestations, le coeur par terre. Mais on ne s’ennuie pas, il y a un bonus : pendant que la police surgit de derrière le dernier rocher qui les sépare, un des migrants enlève ses vêtements, se jette sur le sable, s’en frotte et rampe jusqu’à la serviette la plus proche, changé en un touriste de plus. Personne ne se tourne pour regarder, personne ne dénonce, personne ne veut qu’on le découvre.

Ce que nous avons vécu dimanche dernier dans une crique de Barbate peut bien se résumer ainsi : un accord tacite entre toutes les personnes qui profitaient d’un jour de soleil et de mer. Sans doute, les radios et les télés grouillaient en diatribes : avalanches, clandestins et frontières – pendant ce temps, une cinquantaine de personnes descendait, trempée jusqu’aux os, d’une embarcation gonflable face à une foule qui un instant, un instant seulement, hésitait avant de s’approcher pour aider.

Aujourd’hui j’ai été témoin de quelque chose qui se répète ces jours-ci sur les plages andalouses. Entre les pelles et les seaux, la petite bière de midi et les parasols, une cinquantaine de personnes est arrivée sur un bateau gonflable.

A suivre sur le fil Twitter de l’auteure, avec les photos : :

Continuer la lecture de « Quand à l’heure de l’apéritif, arrive sur ta plage une patera… »

À propos de l’initiative « J’accueille l’étranger », de ses slogans et de son rôle

Pourquoi donc cette initiative ? De qui émane-t-elle ? Comment et pourquoi a-t-elle choisi ses slogans ? Quel est son rôle par rapport à celui des nombreuses organisations et collectifs actifs depuis longtemps pour défendre et aider ceux et celles qui cherchent refuge et accueil en Europe ? Risque-t-elle de faire l’objet d’une récupération politique ? Voilà les questions qui nous sont parfois posées, et auxquelles cet article – rédigé par un de ses initiateurs – tente de répondre. Continuer la lecture de « À propos de l’initiative « J’accueille l’étranger », de ses slogans et de son rôle »

Maglietta Rossa, pour arrêter l’hémorragie d’humanité

Hier, à l’appel de Libera, et avec le soutien de Gruppo Abele, Arci, Legambiente, Anpi et du journaliste Francesco Viviano, des milliers d’italien.ne.s portaient un T-shirt rouge pour arrêter « l’hémorragie d’humanité ». Nous saluons cette initiative sœur avec une photo dont nous remercions les contributeurs. C’est tous les jours qu’il va falloir continuer à lutter pour que le droit à l’exercice effectif de la fraternité (et sororité), partiellement reconnu par le Conseil constitutionnel, s’étende et soit reconnu à sa juste dimension.

Lille, le 7 juillet 2018

 

Galerie

Catherine, projection de « Libre » à l’Espace Saint-Michel
Grande Balade Transversale Queer et Intersectionnelle
Même le métro est solidaire, Paris
Avignon
Avignon
Paris, 5 juillet – code couleur : check !
Julien Fretel prof de Sciences Po à Paris I, 5 juillet
Paris, 5 juillet

 

Paris, 5 juillet – mains de pianiste, cœur de soutien